Suivez-moi

Pour recevoir les derniers articles par courriel

Une application GRATUITE pour faire de belles découvertes lors de vos voyages

Derniers articles

Un rabais avec airbnb

Île de Flores: bamboo, scooter et dragons!

Après beaucoup d’hésitations sur la façon de nous y rendre, on est finalement arrivé à Labuan Bajo sur l’île de Flores. Comme moyen de transport, spécifions qu’on avait le choix entre : faire quelques jours de bateaux dans des eaux reconnues comme étant très agitées, prendre un vol parmi l’une des nombreuses compagnies aériennes « black listées » du pays ou faire quelques jours de bus, avec un bateau, avec un autre bus et avec un autre bateau, un autre bus, etc., et espérer arriver avec tous nos morceaux. Bref, après un petit moment d’hésitation on a choisi Lion air, qui semblait avoir un taux d’accidents un peu moins élevé 😉 et tout à très bien été!

Nos premières journées à Labuan Bajo nous ont permis de manger une quantité importante de poisson et de calmar tout en nous acclimatant à l’ambiance du coin. Si vous y allez, il ne faut absolument pas manquer le « night market » du port ou vous pourrez choisir (et négocier!) votre poisson qu’on vous fera cuire sur le BBQ et qu’on vous servira en plein air avec riz, légumes et bonne compagnie en plus…du vrai bonheur!  Sinon, Labuan Bajo en tant que tel, disons que ça n’a pas beaucoup de cachet, mais c’est LE point de départ pour explorer le reste de l’île.

Par la suite, on s’est dirigé vers Bajawa et de là, on a pris un guide et on est parti à scooter explorer les villages du coin. Ici, quand je dis village, je parle de petites cabanes en bois regroupées dans la jungle et parfois assez difficiles d’accès. Le nombre de touristes y est beaucoup moins élevé que sur Bali et ça, ça donne parfois lieu à de charmants moments. Je dois dire que c’était magique de se promener dans les villages et d’entendre les enfants crier « Hello Mister ! » (les seuls mots qu’ils connaissent en anglais) et de nous regarder avec de grands yeux alors qu’ils nous voyaient passer. La barrière de la langue était bien présente, mais on a quand même réussi à passer de bons et beaux moments avec les villageois.  On a dormi dans la cabane du père de notre guide, au pied d’un volcan, sur un plancher de bambou avec des poules, des chiens et des porcs sous le plancher ou très à proximité et c’est pendant cette soirée que j’ai vécu un des mes plus gros chocs culturels à vie.

La fois où j’ai eu un GROS choc culturel

Avant de partir, le guide nous avait avertis qu’afin d’éviter la « bad luck » qu’on aurait pu potentiellement amener avec nous dans les villages, on allait devoir sacrifier un animal pour éloigner la malchance. Donc, à notre arrivée, j’ai tout de suite remarqué qu’il y avait un coq attaché dans la maison et c’est lui le pauvre qui a payé pour notre passage dans le village. Ils l’ont donc saigné (j’ai envie de dire avec un certain plaisir) devant nous, avant de le lancer sur le feu pour lui brûler les plumes (au lieu de le plumer), de lire l’avenir dans ses intestins (on ferait bon voyage qu’ils nous ont dit), de le découper et de mettre tout ça dans une casserole pour notre souper à tous. Je n’ai pas été capable de tout regarder, mon copain biologiste m’a bien raconté et les effets sonores et les odeurs étaient amplement suffisants. Bien que je m’efforce normalement de faire honneur à la cuisine locale, cette fois j’avoue que je n’ai pas été capable de beaucoup manger.

Pour nos derniers jours en Indonésie, on s’est gâté un « liveaboard » pour plonger et aller voir les dragons du Komodo. On m’avait bien avisée que la plongée serait plus difficile vu les forts courants du coin, mais jamais je ne m’attendais à quelque chose du genre. Une chance, on a vu des tortues, des pieuvres, des raies manta, toutes sortes de poissons, des coraux magnifiques et des requins qui ont su me faire oublier le stress d’avoir à m’accrocher à une roche (ou au fond de l’eau) pour ne pas être emportée par le courant (non, je n’exagère même pas!). Je serai franche, ce type de plongée n’est pas pour moi, mais amateur de sensations fortes sous-marines, vous serez choyés. De Labuan Bajo, vous n’aurez qu’à choisir le « dive shop » qui vous plait et que ce soit pour une journée ou quelques jours, il y en a pour tout les goûts! Prenez tout de même le temps de bien choisir, certains ont l’air un peu douteux…

Pour finir, la petite randonnée sur l’île de Rinca pour voir les dragons vaut complètement le détour et c’est vraiment excitant de se promener sur l’île (avec un guide armé d’un bâton bien sûr) sans savoir ce qui se cache dans les herbes près de vous! 😉

Petits conseils :

Padang : Méfiez-vous des « Padang »! Ce sont de petits resto présents un peu partout où l’on cuit les aliments le matin ou la veille et où on les laisse par la suite dans la fenêtre à la température ambiante (30-35 degrés je dirais!). À éviter pour prévenir les troubles gastro-intestinaux! 😉

Les chiens sur Flores : Sur Flores, certains restaurants servent du chien, donc informez-vous bien avant de commander si vous ne voulez pas avoir une mauvaise surprise dans votre assiette.

Dragons du Komodo : Avouez que vous rêvez tous d’en croiser un! Depuis Labuan Bajo, une panoplie d’agences de voyages vous proposeront différents séjours pour aller les visiter. Sachez qu’ils sont présents sur deux îles du coin soit l’île de Komodo et l’île de Rinca. Si vous plongez, tous les « dive shop » que j’ai vues organisent des « daytrips » pour plonger et arrêter sur l’île de Rinca. Prenez le temps de magasiner parce que les prix varient énormément!

Plongée: Si comme moi vous débutez votre carrière de plongeur, pensez-y deux fois! Prenez le temps de choisir un « dive master » qui vous mettra en confiance et qui vous encadrera sous l’eau parce que vraiment, les courants sont  forts et dépendamment de la période, peuvent même être dangereux si on ne sait pas s’y prendre.

2 Commentaires

Laisser un commentaire