Suivez-moi

Pour recevoir les derniers articles par courriel

Une application GRATUITE pour faire de belles découvertes lors de vos voyages

Derniers articles

Un rabais avec airbnb

  • Accueil
  • /
  • Santé
  • /
  • La vaccination : questionnements, mythes et réalités

La vaccination : questionnements, mythes et réalités

Alors que certains les craignent énormément, d’autres n’envisageraient jamais de s’en passer. Les idées sur le sujet sont assez variées, mais chose certaine, les vaccins ne cessent de faire jaser!

Comme vous le savez peut-être, je suis infirmière de formation. J’ai fait une technique en soins infirmiers et un baccalauréat en sciences infirmières par la suite. Dans les 8 dernières années, j’ai travaillé surtout en vaccination, plus précisément en santé voyage. Des questions et des gens septiques ou craintifs par rapport aux vaccins, j’en ai rencontré des tonnes.

Que ce soit en prévision d’un voyage ou lors d’une vaccination de base, dans ce billet, j’essaie de démystifier les vaccins en répondant aux questions qu’on m’a le plus fréquemment posées lors de mes consultations.

 

Les vaccins : questionnements, mythes et réalités

 

Est-ce que les vaccins peuvent causer l’autisme?

Il était une fois, en 1998, un gastro-entérologue britannique, le Dr Andrew Wakefield, qui publia dans The Lancet une étude laissant croire à un possible lien entre le vaccin contre la rougeole-rubéole-oreillon (RRO) et l’autisme. Dès sa sortie, cette étude fût largement critiquée et plusieurs crièrent à la fraude lorsqu’on apprit que le docteur en question planifiait la commercialisation d’un nouveau vaccin RRO et qu’il aurait été financé par un groupe anti-vaccin pour son étude. Quelques années plus tard (2010), il fût radié pour de nombreuses fautes professionnelles.

Voilà d’où vient cette croyance que les vaccins causeraient l’autisme.

Plusieurs autres études ont été réalisées depuis, car le Dr Wakefield, il a engendré la peur des vaccins chez bien des gens.

Est-ce que l’autisme et les vaccins sont liés à ce jour? Non. Aucune étude scientifique n’a pu établir un tel lien, alors… Non, les vaccins ne causent pas l’autisme.

 

Est-ce que le vaccin que je vais recevoir fait « perdre connaissance »?

Ce n’est pas le vaccin ou l’injection en tant que tel qui font que certaines personnes ont un petit moment difficile après une vaccination, mais plutôt le stress.

Le choc ou malaise vagal (c’est son nom dans notre jargon médical), est en fait une chute de pression qui peut engendrer pâleur, bouffées de chaleur, étourdissements, parfois des nausées et d’autres fois une perte de conscience.

En gros, un facteur de stress (vaccin, aiguille, injection…) fait que le système nerveux s’emballe un peu et augmente notre rythme cardiaque et notre pression. Le nerf vague (d’où le nom de vagal) se charge alors de diminuer la pression sanguine et le rythme cardiaque ce qui peut amener les symptômes mentionnés ci-haut.

Est-ce que c’est grave? Non ce n’est pas grave c’est seulement déplaisant et les symptômes disparaîtront en même temps que la pression se rétablira.

 

Est-ce qu’une immunisation naturelle en faisant la maladie est mieux qu’un vaccin?

L’immunisation qui résultera de la maladie ou du vaccin est la même. La différence avec un vaccin, c’est qu’il n’y a pas de risque de complications liées à la maladie (je pense autant aux cicatrices de boutons de varicelle qu’aux possibles séquelles neurologiques liées à une méningite, par exemple).

Personnellement, je ne vois pas d’intérêt à prendre le risque d’être atteint d’une maladie facilement évitable par la vaccination alors que nous avons tous ce qu’il faut pour l’éviter.

 

Est-ce que les vaccins servent à quelque chose même s’ils sont pour des maladies qu’on ne voit plus aujourd’hui?

La poliomyélite est un bon exemple de maladie éradiquée chez nous au Canada grâce à la vaccination débutée dans les années 1950.

Comme c’est une affection qui n’est plus présente chez nous, certains pourraient remettre en question la nécessité de donner encore aujourd’hui le vaccin. Mais, comme la polio est toujours actuelle dans certaines régions du monde et que les frontières n’arrêtent pas les virus ni les bactéries, le vaccin est toujours justifié et permet l’absence de cette maladie au Canada.

 

Les vaccins affaiblissent-ils le système immunitaire?

Chaque jour, nous sommes exposés à des tonnes de microorganismes qui stimulent notre système immunitaire et déclenchent une réponse immunitaire dans notre corps. Dans un vaccin, les virus morts ou affaiblis aident le système immunitaire à créer ce qu’on appelle une mémoire immunitaire. Par exemple, si vous êtes vacciné contre l’hépatite A et qu’en voyage vous êtes confronté au virus réel, votre système immunitaire reconnaîtra et combattra le virus.

La vaccination n’affaiblit donc pas le système immunitaire, mais elle le rend en quelque sorte plus fort face aux virus pour lesquels il est préparé.

 

Les vaccins peuvent-ils donner la maladie pour laquelle ils sont sensés protéger?

Dans la même lignée que le point ci-haut, les vaccins ne donnent pas la maladie, ils stimulent le système immunitaire pour que celui-ci la reconnaisse et vous protège contre cette même maladie si elle croise votre route.

 

Est-ce que c’est correct de recevoir plusieurs vaccins en même temps?

Oui tout à fait, il n’y a aucune donnée scientifique qui s’oppose à la vaccination multiple. Cela évite de revenir plusieurs fois et lorsqu’il est possible de recevoir un vaccin combiné (comme le RRO mentionné ci-haut par exemple), ça diminue le nombre de piqûres, la partie qui est généralement moins appréciée des gens.

 

Est-ce que c’est vrai qu’il y a du mercure dans les vaccins? Est-ce que c’est dangereux?

Oui, il y a des quantités infimes de mercure dans certains agents de conservation de vaccins.

Chaque vaccin a ses particularités et certains nécessitent une reconstitution (mélange de deux composantes) juste avant l’injection pour être efficaces. Le liquide qui sert à reconstituer les vaccins, le thimérosal, contient effectivement un volume minime de mercure.

Il n’existe aucune preuve scientifique à ce jour démontrant que le mercure utilisé dans les vaccins ait un impact quelconque sur notre santé.

Rappel : Les vaccins ne sont pas la seule chose à entrer dans votre corps à contenir du mercure. Les poissons (surtout le thon en canne) en contiennent aussi et sont populaires dans les assiettes du monde entier.

 

Est-ce obligatoire de se faire vacciner?

Le seul vaccin pour lequel il y a une exigence et qui est obligatoire dans certaines situations c’est le vaccin contre la fièvre jaune. Certains pays aux prises avec des éclosions de cette maladie exigent que toute personne entrant sur leur territoire soit vaccinée. Dans ces cas, une preuve de vaccination peut être exigée à la douane et le vaccin est donc obligatoire pour entrer dans ces pays. Autrement, AUCUN vaccin n’est obligatoire.

Cela dit, je me permets une réflexion personnelle; je trouve que la vaccination devrait faire partie des bonnes pratiques santés à avoir en tant que citoyen. Par exemple, au Québec, le calendrier régulier recommande de donner le vaccin RRO à 1 an, donc en cas d’éclosion, ce sont les moins de 1 an qui sont surtout à risque. Quand je pense aux apparitions de rougeoles relativement fréquentes au Québec comme en Europe (qui souvent voient le jour dans des groupes non vaccinés), je trouve qu’il est dommage de mettre la santé de nos concitoyens en danger alors que des vaccins efficaces sont disponibles en plein pour éviter ce genre de situation.

 

Les professionnels de la santé sont-ils payés ou ont-ils un lien avec les compagnies pharmaceutiques pour recommander des vaccins?

J’ai tellement vacciné dans ma vie que si j’avais été payée par les compagnies pharmaceutiques pour vacciner, je vous jure que je serais riche.

En tant que professionnels de la santé, au Québec, nous sommes tenus de vacciner et de recommander un vaccin selon certains critères très bien expliqués dans le protocole d’immunisation du Québec (PIQ). Ce protocole, c’est un document assez volumineux écrit et mis à jour régulièrement par une équipe de médecins et d’infirmières employés par le Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Ce protocole a préséance sur toute monographie de produit fourni par les compagnies pharmaceutiques.

Bref, peut importe ce que pourrait bien nous demander l’une de ces compagnies, nous sommes tenu de nous référer au PIQ uniquement au risque de faire une erreur ou une faute professionnelle qui peut être lourde de conséquences pour nous.

 

Le mot de la fin :

J’espère vous avoir éclairé un peu. Si vous avez d’autres questionnements auxquels je n’ai pas répondu dans ce billet n’hésitez pas à poser vos questions en commentaire, je me ferai un plaisir de tenter d’y répondre!

 

Sources :

Gouvernement du Canada. Guide sur la vaccination à l’intention des parents. En ligne : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/vie-saine/guide-vaccination-intention-parents.html

Gouvernement du Québec. Portail santé mieux-être. Démystifier les croyances sur les risques de la vaccination. En ligne : http://sante.gouv.qc.ca/chroniques/demystifier-les-croyances-sur-les-risques-de-la-vaccination/#fait-prouve-2

Organisation mondiale de la santé (OMS). Vaccination : 10 idées fausses à corriger. 24 mars 2016. En ligne : http://www.who.int/features/qa/84/fr/

Protocole d’immunisation du Québec (PIQ). En ligne : http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-000105/

 

Autres articles liés à la santé en voyage :

Comment purifier l'eau en voyage.

Comment purifier l’eau en voyage.

Comment éviter les punaises de lit en voyage.

 

 

 

 

 

Comment se protéger des moustiques en voyage

Comment se protéger des moustiques en voyage

Quoi mettre dans sa trousse de premiers soins de voyage.

6 Commentaires

  • elodie

    11 septembre 2017 at 12 h 50 min

    Bonjour, je n adhère pas mais alors pas du tout à cet article désolée. Je ne suis pas antivax loin de là… juste une maman qui lit et s’informe au maximum afin de faire les meilleurs choix pour sa famille.
    Non vacciner n’est pas un acte anodin (la preuve lorsqu’on vaccine les prémas, c est hospitalisation direct 48h car environ 60p100 d entre eux auront des defibrilations dans les heures qui suivent), non vacciner n’est pas miraculeux (cf le pourcentage de personnes vaccinees contre la coqueluche et les épidémies qui reviennent régulièrement), oui vacciner peut entrainer des effets secondaires plus ou moins graves (c’est rare, mais c’est comme jouer à la roulette russe), non faire plusieurs vaccins en même temps n’est pas une bonne chose (injecter prevenar+infanrix hexa le même jour double le nombre d’effets secondaires)
    Cet article permet de se rassurer, mais comme tout médicament, il me semble important d avoir un avis éclairé avant de choisir de se vacciner ou non.
    Se vacciner est un choix personnel car nous seuls assumerons les conséquences quel que soit notre choix

    Répondre
  • vagabondeuse.ca

    11 septembre 2017 at 13 h 41 min

    Bien sur que c’est un choix personnel et qu’il doit être éclairé. Et un vaccin, comme la prise d’un nouveau médicament, n’est pas anodin. Je suis tout à fait d’accord avec vous. J’avoue que je ne m’y connais pas du tout avec les prématurés (prémas c’est bien prématurés?). Mais les chiffres que vous amenez ne sont pas dans notre protocole de vaccination du Québec qui mentionne des effets secondaires, bien entendu, mais absolument rien nécessitant une défibrillation.(voir lien ci-haut) Je serais intéressée de consulter la source pour ces statistiques si possible?

    Répondre

Laisser un commentaire