Suivez-moi

Pour recevoir les derniers articles par courriel

Une application GRATUITE pour faire de belles découvertes lors de vos voyages

Derniers articles

Un rabais avec airbnb

Ladakh

Juley!

(Juley étant le mot passe-partout du coin pour dire merci, bonjour, santé ou à peu près tout ce que vous voulez donc si vous y allez, retenez ce mot!)

Tout d’abord, Leh, la capitale de cette région se trouve à 3500m de haut et les premiers jours d’acclimatation de mon petit corps à l’altitude (à la diminution du taux d’oxygène présent dans l’air) n’ont pas été faciles. J’ai eu besoin de quatre jours complets avant de ne plus avoir de symptômes de mal des montagnes et j’ai dû faire avec différents bobos incommodants tout au long de notre séjour. C’était ma première expérience en altitude, donc évidemment je ne savais pas trop comment j’allais réagir, l’acclimatation étant différente pour tout le monde.

Leh, c’est une ville qui m’a beaucoup impressionnée par sa beauté. Elle est nichée dans une vallée au creux de l’Himalaya, entourée de sommets enneigés et de monastères perchés à flanc de montagne. La température y est très changeante et comme la visibilité doit être à son maximum pour permettre aux pilotes de voir la piste d’atterrissage, nous avons réussi à atterrir seulement qu’après trois tentatives et un aller-retour à Delhi. Prévoyez-vous donc du temps à l’arrivée et au retour parce que les retards de vol sont apparemment très courants et peuvent s’étirer sur quelques jours si dame nature n’est pas d’humeur…

Des milliers de Tibétains se sont réfugiés dans ce coin du pays (comme le Dalaï-lama) et c’est cette culture qui prédomine (on l’appelle d’ailleurs le petit Tibet). Les vieux se promènent en habits traditionnels, moulin de prières à la main et leurs traits n’ont rien à voir avec ceux des Indiens. La culture musulmane est aussi très présente et le mixte des deux donne une super énergie et ambiance à la place.

IMG_2036

Sinon, l’armée est extrêmement présente dans la ville vu la proximité de la frontière Chinoise et les militaires indiens sont, j’oserais dire, divertissants. Par exemple, certains se promènent avec un fusil dans les mains et le posent sur un banc pendant qu’ils jasent (donc n’importe qui peu le ramasser) ou le tiennent à moitié ce qui fait qu’il est juste à la hauteur de la tête de tout le monde alors ça donne pas trop confiance, mais c’est assez distrayant.

IMG_2093Donc après avoir fait une tournée des monastères et villages des environs à scooter, nous sommes partis 7 jours en trek dans les montagnes pour faire la trek de la Markha Valley et ce fut toute qu’une expérience avec des hauts et des bas. Des bas avec des toilettes qui sentent l’ammoniac et qui donnent le vertige, des journées de marche très demandantes et surtout de solides maux de tête qui t’obligent parfois à rester coucher. Mais des hauts comme l’arrivée au sommet d’une passe à 5200m où tu es si fière de toi parce que tu avais peur de ne pas te rendre et qu’il y a devant toi le plus beau paysage de montagnes que tu aies jamais vu. Le soir, des étoiles comme tu pensais même pas qu’il pouvait y en avoir et surtout, des gens d’une gentillesse qui touche droit au cœur. Vraiment, les Ladhakis sont des gens extrêmement agréables à côtoyer, ils sont curieux, ouverts d’esprits et je vous recommande fortement de passer quelques jours « chez l’habitant » pour avoir la chance de vivre parmi eux et de goûter à leur culture.IMG_2323

Je tiens à faire une mention culinaire spéciale pour la bouffe tibétaine. J’ai eu mon premier coup de cœur gastronomique en Inde en goutant aux momos; genre de pâte farcie cuite à la vapeur complètement délicieuse.

Petits conseils:

Altitude : Prenez rendez-vous en santé voyage avant votre départ pour avoir la médication nécessaire en cas de symptômes de mal des montagnes car les cliniques et hôpitaux sont rares (voir absents) une fois la trek débutée.

Prenez un guide: Pendant la rando, nous avons croisé étonnement beaucoup d’autres randonneurs qui avaient choisi de ne pas prendre de guide. Or, certains se sont un peu égarés (rien de terrible) ou nous laissaient partir le matin afin de nous suivre de loin(puisque nous avions un guide) ce qui me laisse croire qu’il était probablement ardu de trouver son chemin surtout qu’il n’y a aucun sentier balisé.

Choisir son guide: Prenez le temps de bien magasiner votre guide à partir de Leh. Sur place nous avons remarqué que certains ne tiennent pas compte du fait que nous avons besoin de temps pour nous acclimater à l’altitude et proposent des montées beaucoup trop rapides et dangereuses. Donc, faites attention en choisissant!

Magasinage: Pour ceux qui aiment magasiner, à Leh, vous trouverez une multitude de marchés de réfugiés Tibétains et j’avoue avoir eu un plaisir fou à magasiner et négocier parmi eux! Vous y trouverez une panoplie de bijoux, de peintures ou d’artisanats du Tibet pour vous rappeler de bons souvenirs et pour encourager l’économie locale.

2 Commentaires

Laisser un commentaire