Suivez-moi

Pour recevoir les derniers articles par courriel

Une application GRATUITE pour faire de belles découvertes lors de vos voyages

Derniers articles

Un rabais avec airbnb

Voyager en Mongolie parmi les nomades

25 jours, 4000 km de route, 4 vraies toilettes, 5 douches, 1 désert, 100 montagnes, 1 chaman, quelques flocons, 382918391 moutons et autant de chèvres, mais un peu moins de chameaux. C’était parfois un peu rude, mais ô combien magnifique et dépaysant et il n’en fallait pas plus pour que la Mongolie ne devienne rien de moins que mon nouveau pays préféré.

Nous sommes atterri à Oulan-Bator en pleine nuit et tout m’est apparu assez calme et d’une propreté relative comparé à ce que je m’étais imaginé comme ville. En mai, au tout début de la saison touristique, la température commence à monter et les besoins en chauffage diminuent ce qui m’a permis de voir le bleu du ciel même en pleine ville et j’ai donc évité la pollution légendaire de la capitale.

Les premiers jours m’ont permis de visiter quelques endroits prisés des touristes tels que le monastère de Gandantegchinlin, le temple Choijin, la place Gengis Khan, le (je dois dire franchement très « cool ») musée des dinosaures (ou d’histoire naturelle si vous préférez) sans oublier le redouté « blackmarket » (qui ne s’avéra pas si redoutable). Sinon, on en a profité pour choisir notre guide et on s’est vite lancé sur la route pour voir les steppes. Quelques kilomètres passés Oulan-Bator et nous y étions! Du vert et des moutons à perte de vue.

 

Voyager en Mongolie parmi les nomades

Prendre un guide ou non?

Permettez-moi de dire que j’éprouve un immense respect pour tous ceux qui se sont ou qui vont se balader à travers les steppes Mongole avec leurs vélos, motos ou leurs propres moyens et je leur recommande sans faute un GPS à toute épreuve ou sinon de parler couramment le mongol, car en dehors de la capitale, personne ne parle anglais et toutes les indications sont dans la langue locale. Il peut donc être très ardu de se faire comprendre et de s’orienter en cas de besoin. Pour ma part, sans un guide, je n’aurais pas su comment me diriger, ni comment changer les pneus des multiples crevaisons que nous avons eu en chemin. Aussi, notre guide nous a permis des contacts privilégiés avec les locaux qui auraient été limités (voir impossible) sans quelqu’un qui maîtrise la langue locale.

Cela dit, un séjour par vous-même est tout à fait possible à condition d’être bien préparé et organisé, mais ce n’est pas le type de voyage que nous avons fait pour cette fois.

 

Le désert de Gobi parmi les nomades

Nous avons commencé nos aventures en allant vers le sud et le désert de Gobi. Situé entre la Chine et la Mongolie, ce désert représente près du tiers du pays. Parfois lunaires,  si ce n’est surnaturels,  les paysages y sont étonnants et très changeants.

Nous avons passé chaque nuit de notre séjour chez des familles locales dans des gers chauffées souvent au bois, mais parfois au caca de vache ou de chameau séché. On a mangé du mouton, de la chèvre, du cheval, du yack, du renne, monté presque autant de montures et goûté autant de sortes de lait.

*ger=yourte version mongole!

 

Quoi faire et quoi éviter dans une ger

Si vous prenez un guide, celui-ci vous en avisera, mais si vous êtes sans guide, avant votre départ, informez-vous sur les choses à faire ou à ne pas faire dans une Ger. Elles sont nombreuses et leur non-respect pourrait blesser ou offenser vos hôtes.

Par exemple, il ne faut pas siffler à l’intérieur de la ger et ne pas poser les pieds sur la marche d’entrée. Siffler pourrait attirer la malchance alors que de mettre les pieds sur la marche serait l’équivalent de poser les pieds sur la nuque du patriarche de l’endroit. Aussi, je ne saurais dire pourquoi, mais c’est important de dormir les pieds qui pointent vers la porte.

Ces petits points pourraient en ennuyer quelques-uns, mais gardez en tête qu’en les respectant, vous respectez aussi les règles d’hospitalités mongoles et, en plus, vous vous adaptez à la culture locale.

 

Dans le désert, quelques endroits m’ont particulièrement marquée, entre autres, Tsagan Suvraga, aussi appelé « stupa blanc », cette formation rocheuse est tout sauf blanche, mais la vue depuis son sommet est tout simplement spectaculaire. Les géologues (amateurs ou non) y auront probablement beaucoup de plaisir et pour les autres, sortez votre appareil photo.

 

Le très touristique canyon Yolyn, m’a un peu laissé sur mon appétit et bien que charmant, il demeure probablement l’attraction qui m’a le moins plu.

Ne manquez pas les merveilleuses Khongoryn Els ou « signing dunes » que je recommande de grimper assez tôt pour assister au lever du soleil depuis leurs sommets. L’ascension dans le sable est assez difficile et vous aurez besoin d’environ 1h pour les monter. Depuis le sommet, le nom des dunes prendra tout son sens lorsque vous entendrez le bruit surprenant fait par le sable qui dévale la dune sous vos pas.

 

Les amateurs de « Jurrasic park » seront gâtés à Bayanzag « flaming cliff » et pourront partir à la recherche d’os et d’œufs de dinosaures. Des squelettes et fossiles y avaient été trouvés dans les débuts 1900 et le site attire de nombreux curieux. Bonnes chances dans vos recherches! 😉

flaming

 

Ensuite, nous sommes remontés tranquillement vers le centre pour un arrêt au majestueux Ongi Khiid, qui s’est avéré être un de mes coups de cœur. Explorez les alentours du camp de yourtes, allez voir les ruines des monastères et n’hésitez pas à traverser la petite rivière qui s’y trouve pour aller explorer les ruines qui sont de l’autre côté (à condition que la rivière ne soit pas trop haute). Vous y trouverez les vestiges des anciens monastères détruient en 1939. Le chemin quittant Ongi Khhid vous fera comprendre que vous quittez maintenant le désert pour retrouver le centre de la Mongolie et ses steppes.

 

Le centre de la Mongolie

En chemin, vous croiserez Kharkhorin où vous devrez absolument vous arrêter. Pourquoi? Pour vous doucher (croyez-moi, profitez-en pendant que vous avez accès à une douche!) et pour aller visiter les temples du même nom que la ville. Des moines offrent des visites guidées et ça vaut la peine pour en apprendre plus sur les bouddhistes mongoles. Ceux à qui la civilisation aura manquée seront heureux de retrouver restaurants, épiceries et dépanneurs.

Ensuite, nous avons pris la direction du lac Terkhiin Tsagan (« white lake ») où nous avons passé quelques jours pour explorer les environs du lac et les volcans du coin à dos de cheval. La température étant nettement plus froide et le nord se faisait de plus en plus ressentir.

whitelake

 

Pour le nord et la suite, je vous invite à consulter la deuxième partie de l’article sur la Mongolie. J’y raconte, entre autres, ma rencontre avec un chaman,  mon séjour parmi les Tsataans, une tribu qui vit parmi les rennes et ma visite au lac Khovsgol.

 

Conseils:

Séjours chez l’habitant : De tous mes voyages, j’ai rarement vécu autant d’authenticité que lors de mes séjours chez l’habitant en Mongolie. Je les recommande donc à 100% pour bien vivre, voir et goûter les traditions mongoles.

Nourriture : Je vais me permettre de dire que leur gastronomie n’est pas pour tout le monde. En effet, les pattes de chèvres (avec encore un peu de poil) ou les raviolis au gras de mouton pourraient faire peur aux végétariens donc si c’est votre cas, soyez prévoyants ou conciliants parce que la verdure et les légumes sont rares!

Choix du guide: Si vous décidez de prendre un guide, n’hésitez pas à négocier et à dire clairement ce que vous voulez. Les agences pourront vous faire des recommandations et s’adapter à vos champs d’intérêt. Nous avons choisi Khongor Expedition et je les recommande chaudement, car tout a bien été pour nous et leur « guest house » à Oulan-Bator est parfaitement située.

Tiques : Méfiez-vous des tiques. Des problèmes de santé sérieux comme l’encéphalite à tiques sont présents en Mongolie. Nous avons vu plusieurs de ces bestioles lors de notre séjour. La proximité avec le bétail et les balades à cheval, entre autres, rendent le contact avec les tiques plus faciles et il nous est arrivé à quelques reprises d’en trouver sur nous. Apportez un peigne avec vous pour vérifier vos cheveux et porter des vêtements longs pour éviter d’être piqué. Je recommande aussi une pince à tiques pour être en mesure de l’enlever facilement en de besoin

Accès aux soins de santé : Une fois sortie des villes, dépendamment de jusqu’où vous vous rendez, l’accès aux soins de santé adéquat peut être très limité et impossible sans plusieurs heures de route. Prévoyez une trousse de premiers soins en conséquence, car en cas de pépins, vous apprécierez avoir un certain niveau d’autonomie.

 

 

14 Commentaires

  • Laura HANTZ

    9 janvier 2017 at 8 h 16 min

    Coucou !

    Wow quelle beauté ! C’est tout bonnement splendide !
    Quel dommage que je n’ai pas assez de budget pour voyager !
    D’ailleurs, je vois que tu es Québécoise ! Je rêve d’y aller !

    Bisous

    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

    Répondre
  • Sandie

    10 janvier 2017 at 11 h 22 min

    Super article ! 🙂
    J’ai vraiment très envie de voyager, et ce depuis des années. J’espère que le bon moment arrivera, bientôt !
    Bon, pour la trouillarde que je suis, je ne pense pas partir en Mongolie ahah ! Tu m’as effrayé avec ton histoire de tiques, moi qui en ai une peur bleu. 😉
    Mais mon premier vrai voyage sera le Canada, c’est une certitude ! Je rêve d’y aller depuis toute petite, rendre visite à ma famille et en prendre pleins les yeux comme mes parents lorsqu’ils y sont allés ! 🙂
    Enfin, merci pour ton article qui m’a fait voyager avec toi ! 🙂

    Répondre
    • vagabondeuse.ca

      10 janvier 2017 at 20 h 28 min

      Bonjour Sandie! Ça m’a bien fait sourire ton histoire de trouillarde! T’inquiète pas trop parce qu’il y a tellement à voir et à faire en Mongolie qu’on en oublie presque les tiques! Cela dit, le Canada c’est très bien aussi! ???? Fais-moi signe quand tu passeras par Québec! Au plaisir!

      Répondre
  • Itinera magica

    20 janvier 2017 at 9 h 24 min

    Merci pour ce magnifique article si bien illustré et si riche en conseils utiles et aperçus de la vie dans ce pays. J’ai découvert la Mongolie sur le blog de mon amie Marion (La faute au Graph) qui en est revenue fascinée, et je continue d’être émerveillée avec toi. Quels paysages grandioses ! Végétarienne et un peu chiante quand il n’y a pas de douche, je ne suis pas certaine que ce voyage soit pour moi. Mais j’adore les photos que les voyageurs ramènent des steppes immenses !

    Répondre
  • Itinera magica

    20 janvier 2017 at 9 h 24 min

    Merci pour ce magnifique article si bien illustré et si riche en conseils utiles et aperçus de la vie dans ce pays. J’ai découvert la Mongolie sur le blog de mon amie Marion (La faute au Graph) qui en est revenue fascinée, et je continue d’être émerveillée avec toi. Quels paysages grandioses ! Végétarienne et un peu chiante quand il n’y a pas de douche, je ne suis pas certaine que ce voyage soit pour moi. Mais j’adore les photos que les voyageurs ramènent des steppes immenses !

    Répondre
  • Camille Dassonville

    15 février 2017 at 10 h 31 min

    Salut Sandie ! 🙂
    Merci pour ton article ça me donne encore plus envie ! Je pars en Mongolie en juillet et je recherche le plus d’authenticité possible, pour ton circuit dans les yourtes tu es passé par la guesthouse et tu étais seule avec le guide ? Tu ne t’ai pas sentie trop touriste vis à vis des mongols ? Et pour le visa Mongole tu as fait comment ?
    Mercii ! J’ai trop hâte !
    Bisous

    Répondre
    • vagabondeuse.ca

      16 février 2017 at 6 h 56 min

      Bonjour Camille,
      Je suis passé par la guest house d’Oulan Bator pour l’hébergement dans le reste du pays. Je me suis sentie très touriste oui, car c’est tellement différent de chez nous! Mais c’est ce qui rend ce pays aussi magnifique! Certaines des familles hébergeaient des touristes pour la toute première fois et d’autres avaient l’habitude, donc il y avait un peu de tout. Dans tout les cas, un petit cadeau de remerciement (même si tu paie tes nuitées) est super apprécié et fait parti de la tradition mongole. Tu choisis de partager ou non ton guide! Pour ma part, je l’ai partagé avec un autre couple rencontré sur place pour amoindrir les frais.
      Reviens-moi si tu as d’autres question!

      Gabrielle

      Répondre
  • Alice DP

    30 août 2017 at 14 h 58 min

    Bonjour Gabrielle,
    On est en train de préparer notre départ pour un mois en Mongolie en juillet 2018. Du coup, les détails de ton itinéraire tombent à pic! 🙂
    Par contre, on se demandait quel montant approximatif il fallait pour vivre et voyager comme tu l’as fais pendant 25 jours en Mongolie (hors avion A/R)?
    Si tu pouvais nous aiguiller, ce serai extra ! 😉
    Alice et Martin

    Répondre
    • vagabondeuse.ca

      30 août 2017 at 15 h 08 min

      Salut à vous deux!
      Comme vous avez pu le lire, j’ai fait affaire avec une compagnie à Oulan-Bator pour avoir chauffeur/guide pour tout le long du séjour.
      Donc, pour le logement, les déplacements, nourriture locale, le guide/chauffeur, bref tous inclus, je payais 65$us par jour. Ce n’est vraiment pas donné. Ce montant est le fruit d’une longue négociation avec le proprio de la compagnie. N’hésitez pas à marchander! Aussi, moi c’était en mai et comme c’est une période moins achalandée, j’avais pu payer un peu moins cher… Le mieux si vous prenez aussi un guide, est de le partager avec d’autres, ainsi vous pourrez payer un peu moins… Revenez-moi si vous avez d’autres questions! 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire