Suivez-moi

Pour recevoir les derniers articles par courriel

Une application GRATUITE pour faire de belles découvertes lors de vos voyages

Derniers articles

Un rabais avec airbnb

10 randonnee a faire a l'automne

10 randonnées automnales à faire au Québec

La randonnée au Québec à l’automne, c’est un grand plaisir qu’on soit en confinement ou non. Cette année, en pleine pandémie, la marche en forêt et le plein air gagnent en popularité, car ils sont une belle façon de s’aérer l’esprit tout en faisant de l’activité physique de manière sécuritaire.

Dans ce qui suit, je me joins à ma collègue blogueuse et, surtout, bonne amie, Bianca du blogue La Grande Déroute et, ensemble, on vous présente, en deux articles, nos sentiers de randonnée automnaux préférés au Québec.

Si tu ne connais pas Bianca, tu peux aller voir son Instagram ici, son Pinterest là et son Facebook ici.


Note COVID

Nous ne souhaitons nullement, par la publication de ce billet, faire la promotion du tourisme interrégional dans les circonstances actuelles. Notre objectif est plutôt d’encourager les lecteurs à explorer et à découvrir leur propre région par le biais du plein air et de la randonnée.

De plus, avant de vous rendre dans l’un des endroits que nous proposons, nous vous suggérons fortement de contacter les bureaux d’accueil avant de vous déplacer, afin de connaître les consignes liées à la COVID-19 ainsi que les heures d’ouverture.

Bianca et Gabrielle


 

Suggestions de randonnées à faire en automne au Québec

 

Abitibi-Témiscamingue : Randonnée dans les collines Kékéko

Distance : 9 km et+
Durée approximative : 4 h 30
Difficulté : facile à expert
Dénivelé + : environ 300 m

Coût d’entrée : gratuit
Accès : à l’année
Droit aux chiens : Oui

Le massif des collines Kékéko, situé à quelques kilomètres de Rouyn-Noranda, s’étend sur 32 km2 et présente une végétation de type taïga abitibienne. On y croise des remparts d’origines glaciaires datant d’environ deux milliards d’années, des barrages de castors et des abris sous roche, des escarpements impressionnants et des blocs erratiques, des zones marécageuses et des lacs d’une beauté saisissante.

Le choix de sentiers ne manque pas : plus d’une quinzaine de sentiers balisés totalisant 40 kilomètres de randonnée donnent accès à ces paysages grandioses.

Je vous propose un parcours approximatif que vous pourrez, bien sûr, adapter selon vos envies, votre condition physique et le temps que vous avez devant vous.

À partir du stationnement (route 391), empruntez d’abord le Petit Chemin Kékéko, puis le sentier le Ruisseau (modéré). Attrapez ensuite à flanc de colline le sentier Les Remparts (exigeant). Enchaînez avec le sentier panoramique Despériers, puis Le Prospecteur. Le but est d’atteindre le Nid de l’Épervier, une plateforme qui vous offrira vue à 360 sur la région.

À partir d’ici, vous pourriez simplement rebrousser chemin, mais les plus motivés pourraient poursuivre vers le sentier de l’Aventurier (très exigeant) ou du Réflecteur (exigeant), puis Panorama, Trappeur, Orignal et pourquoi pas, les boucles 1 et 2? À vous de voir!

Si vous avez une fringale en terminant cette rando, voici quelques suggestions pour savoir où manger et où boire à Rouyn-Noranda.

Par Bianca


 

Chaudière-Appalaches : Le parcours des Géants au parc régional du Massif-du-Sud

Distance : 18 km
Durée approximative : 7 h
Difficulté : difficile
Dénivelé + : 723 m

Coût d’entrée : 8 $/adulte
Accès : à l’année
Droit aux chiens : Oui, en laisse

Le parcours des Géants au parc régional du Massif-du-Sud est très intéressant vu la variété de ses attraits et de ses paysages, mais soyez avertis : il ne s’agit pas d’une randonnée facile. Le départ se fait depuis le stationnement Beaudoin et à l’accueil, vous pourrez récupérer une carte et poser toutes vos questions sur le trajet.


Ce qui fait la difficulté de cette randonnée, selon moi, c’est la récurrence des montées assez abruptes ainsi que sa longueur : 18 km pendant lesquels il y a peu de tronçons où l’on peut donner une pause de roches, de montées ou de racines à nos mollets. Un effort soutenu est nécessaire presque tout le temps.


Cela dit, le parcours des Géants est magnifique du début à la fin. Après quelques kilomètres, on atteint le mont Saint-Magloire qui est le plus haut sommet des Appalaches avec ses 917 m d’altitude et, pour s’y rendre, on traverse une forêt centenaire au look enchanteur. J’y ai croisé quelques chevreuils et plusieurs perdrix qui ne manquaient pas de me faire sursauter à chaque envolée.


Si cet itinéraire vous semble trop intense, le parc offre plusieurs autres belles options pour des randonnées à l’automne. Le parcours de la tête des Grives, entre autres, est une rando bien appréciée de Bianca, qui en parle dans son article de suggestions de randonnée en Chaudière-Appalaches.

Par Gabrielle


Charlevoix : La montagne à Liguori à la Petite-Rivière-Saint-François

Distance : 15,4 km
Durée approximative : 4 h à 6 h
Difficulté : difficile
Dénivelé + : 782 m

Coût d’entrée : 5 $/adulte
Accès : à l’année
Droit aux chiens : Oui

La montagne à Liguori à la Petite-Rivière-Saint-François dans Charlevoix est un beau petit défi pour ceux qui souhaitent travailler leur cardio et leurs mollets tout en profitant des couleurs de l’automne.

Pour commencer la randonnée, il faut passer par la Coopérative de solidarité L’Affluent pour s’enregistrer, récupérer une carte et s’informer sur l’état du sentier.

Préparez-vous, car pour atteindre le refuge à Liguori, il faut monter, monter et encore monter. Dès les premières minutes, on rencontre une première pente assez raide qui est un bon échauffement pour ce qui suit. Ensuite, on marche longtemps dans une forêt assez dense, toujours en montant. L’ascension finit par s’adoucir à l’approche du refuge et lorsque vous croiserez les premiers points de vue, ne désespérez pas, vous approchez du but.Le belvédère est un endroit de choix pour une pause bien mérité et le refuge à Liguori, lui, offre une vue spectaculaire sur le fleuve Saint-Laurent. Pour le retour, il suffit de rebrousser chemin et de descendre, descendre et encore descendre.

Une autre belle randonnée, quoique maintenant très populaire, à faire à l’automne dans la région de Charlevoix, c’est le Mont des Morios, où, depuis le sommet, on a une vue à couper le souffle sur les environs. Le sentier des Caps de Charlevoix permet aussi plusieurs options de rando automnales intéressantes.

Par Gabrielle


Lanaudière : Le sentier de la montagne Noire et du belvédère du Libertador

Distance : 13 km
Durée approximative : 4 h 30
Difficulté : intermédiaire
Dénivelé + : 518 m

Coût d’entrée : gratuit
Accès : à l’année
Droit aux chiens : Oui

Les alentours de Saint-Donat-de-Montcalm, petite ville située dans la MRC de la Matawinie, sont riches en activités de plein air. Je vous propose d’atteindre le sommet de la montagne Noire (892 mètres) en passant par le belvédère du Libertador, où l’on peut apercevoir les vestiges d’un écrasement d’avion : une randonnée intermédiaire qui vous en mettra plein les yeux.

La randonnée prend son départ au stationnement de la montagne Noire, situé sur la rue Régimbald. Empruntez d’abord le sentier Inter-Centre, large et plutôt facile sur environ 2,5 km. Après à peine un kilomètre de marche, premier point de vue sur le lac Archambault s’offre vous et croyez-moi, en automne, le décor est particulièrement magnifique!

Tout près du sommet, vous croiserez les débris d’un écrasement d’avion. Le 20 octobre 1943, le Libertador Harry, en provenance de Gander (Terre-Neuve-et-Labrador), est détourné de son parcours (qui devait se terminer à Mont-Joli) par des conditions météorologiques risquées et n’atteindra jamais sa destination.

Une fois au sommet de la montagne Noire, montez tout en haut du mirador et émerveillez-vous avec un panorama impressionnant donnant sur les régions montagneuses des Laurentides et de Lanaudière.

Je vous suggère de redescendre par le sentier montagne Noire et de vous arrêter au refuge Le Mésangeai, puis de terminer par le sentier Des Randonneurs.

→Pour découvrir d’autres randonnées dans Lanaudière.

Par Bianca


 

Côte-Nord : Le sentier Adela-Lessard (une partie du sentier Le Fjord)

Distance : 7,2 km
Durée approximative : 4 h
Difficulté : intermédiaire
Dénivelé + : 330 m

Coût d’entrée : 8,90 $/jour (ou laissez-passer annuel SÉPAQ)
Accès : mi-mai à mi-octobre
Droit aux chiens : Non

Dans le parc national du Fjord-du-Sauenay, le sentier Le Fjord relie sur 41,1 kilomètres Baie–Sainte-Marguerite — au Saguenay – à Baie-de-Tadoussac, porte d’entrée de la Manicouagan sur la Côte-Nord. Cette randonnée se réalise généralement en 3 jours et 2 nuits (en refuges, sous abris trois-murs ou sur plateformes).

Je vous propose ici, comme il est question de randonnées journalières, d’en parcourir seulement un tronçon, à partir du village de Tadoussac, qui vous mènera jusqu’au mont Adéla-Lessard.

La rando prend son départ sur la route 138, près de l’arrivée du traversier : prenez le passage à gauche en contrebas de la station piscicole. Le sentier est généralement bien indiqué. Suivez d’abord les indications vers le mont Adéla-Lessard; une montée parfois douce, parfois abrupte, vous mènera de point de vue en point de vue et vous récompensera rapidement pour vos efforts.

En cours de route, pour d’autres points de vue impressionnants, vous pourriez emprunter le sentier menant vers la colline de l’Anse-à-la-Barque : une boucle d’un peu plus d’un kilomètre une boucle.

Par Bianca


Les cinq autres randonnées automnales que Bianca et moi vous proposons se retrouvent sur le blogue La Grande Déroute et vous pourrez les trouver ici :


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.